St Louis – Sante Fe – Las Vegas, 1er mai-12 mai

La question de cette étape: Qui a inventé l’auto-stop?
L‘état du Missouri nous apparaît comme splendide, des collines, des forêts, des haies, des prairies d’élevage, où de magnifiques troupeaux de vaches, taureaux et veaux paissent dans d’immenses espaces, souvent arborisés, ponctués de grands étangs.Nous roulons hors autoroute pour rejoindre les lacs Orzak, impression de lunapark: montées et descentes courtes mais raides et contours n’en finissent pas dans ce magnifique décor.

Après ce petit détour, juste 100 km!, nous campons parmi les chevreuils, les écureuils, toutes sortes d’oiseaux et dormons lorsque les crapauds s’en donnent à coeur joie. Première grillade au feu de bois, vin californien, que du bonheur…Dépêchons-nous d’en profiter car la pluie revient!

Visite intéressante de Red Oak II, village reconstruit par un artiste désirant faire revivre ses souvenirs d’enfance. Ce village déserté après la seconde guerre mondiale propose maintenant des maisons et nous y croisons du monde.

Toy Toy années 30

Puis nous arrivons dans l’Oklahoma, où nous visitons le musée Gil Crease à Tulsa:
  • Art amérindien traditionnel et moderne; illustrant le chemin des larmes (trail of tears), déplacement des Indiens de différentes tribus vers le sud-est pour laisser les terres aux colons, conditions de froid extrêmes, beaucoup sont décédés (1831-1838).

  • Exposition sur le tournage des westerns, aspect technique et surtout la réalité à la place du mythe hollywoodien donnant au colon un rôle de héros devant sécurisé l’ouest pour les futures générations. En réalité, les Indiens étaient pour la plupart des peuples très pacifiques, les premiers contacts ont été commerciaux et cordiaux, les locaux aidant les nouveaux arrivants vu que l’espace était suffisant pour tous. Très peu des 500’000 colons traversant le nord du Texas entre 1840 et 1860 ont été tués par des Indiens, beaucoup plus sont décédés accidentellement ou de maladies. Les colons ont décimé les troupeaux de bisons, surexploité les prairies, brûlé le peu de bois, pollué l’eau donc décimé toutes les ressources naturelles indiennes.

  • Photos du prix Pulitzer honorant des journalistes dénonçant des situations de guerre ou d’autres d’injustices. Images révoltantes, souvent des personnes prises de près, la ségrégation raciale très violente y apparaît tellement récente. Personnellement, la photo très pudique d’une jeune fille accroupie, regardant sous sa jupe son corps mutilé par l’excision opérée la veille me restera gravée en mémoire. Les explications mentionnent aussi certains suivis qu’ont pu apporter les journalistes aux victimes, mais beaucoup sont décédées.

La route mythique 66:
Depuis St Louis nous suivons son tracé, ou celui de l’autoroute qui l’a remplacée. La route 66 a été construite comme première route traversant les US de Chicago à Santa Monica, près de Los Angeles à partir de 1926.
Le développement économique le long de son parcours a été très rapide, lié au commerce puis au début du voyage d’agrément avant la seconde guerre. Début des panneaux publicitaires, des restaurants , des motels, l’ère de la consommation démarre. La pose du revêtement en goudron rose a pris 12 ans de 1926 à 1938, chantier faisant partie du plan de relance économique de Roosevelt (new deal) après la grande dépression de 1929.
Dans les campagnes, où l’agriculture s’est intensifiée, les années 1930 à 34, ne voient aucune récolte: des conditions de sécheresse extrême conjointement à des vents violents ont raison des sols surexploités, rendus très durs. Les tempêtes de sable sont terribles, asphyxiant même jusqu’à la mort le bétail affamé. La route 66 est celle de l’exode de familles entières, ventres vides, en voiture brinquebalante, en tracteur, voire à pied, vers la Californie et ses vergers, quelques milliers de kilomètres à l’ouest (Steinbeck: les raisins de la colères).
Pendant la guerre, la route 66 était celle du départ et des retours des soldats.Les bus Greyond ont vu le jour, mais pour les retours à la maison, les transports publics ne suffisant pas, les soldats ont inventé l’auto-stop le long de la route 66!
Ces informations sont bien illustrées au sympathique musée de Clinton.

Une petite agglomération traversée par la route, quelques magasins, stations d’essence, tout est plat, beige doré de soleil, quasi personne et à nouveau un caissier tellement aimable au supermarché, qui prend le temps d’échanger quelques propos, nous indiquant le chemin pour le downtown avec les boutiques: … c’est un ou deux magasins et 3 piétons. Pierre-Olivier a dû lui montrer sa carte d’identité pour acheter du vin, apparemment il n’est pas le gérant, car il doit encore faire venir celui-ci pour valider le ticket et la présentation du passeport. La loi c’est ainsi, pas de vente d’alcools aux moins de 21 ans et aux sans-papier, mais appliquée avec le sourire. Beaucoup d’Américains n’ont pas de carte d’identité, bien que les démarches soient très faciles, selon une jeune américaine rencontrée plus loin, dont le travail est d’apprendre ce genre de base à des jeunes de quartiers pauvres. Le long de la route nous mangeons aussi dans des snacks de l’époque, à Carthage Deli (Missouri) tout y est: du feu de passage à niveau, au juke box, sièges de voitures roses. Nos étapes sont longues, nous sommes motivés d’arriver à Las Vegas pour le 10 mai car il y a un week end de rodéos avec des professionnels.

Nous traversons juste le nord du Texas, l’espace est grandiose encore plus plat que dans l’Oklahoma, nous ne pensions pas que c’était possible! Nous sommes en mai et les tornades sont la spécialité saisonnière. Le thermomètre grimpe, l’humidité aussi au cours de la journée et nous progressons subitement vers un petit rond de nuages noirs, isolé dans le ciel bleu. Des trombes d’eau, du vent, une atmosphère sombre pendant un quart d’heure et nous sommes quittes pour cette version minimaliste.

Nous rencontrons une voiture équipée d’instruments de surveillance de la météo à Amarillo, où nous allons au Stockyard: la vente hebdomadaire du bétail à la criée.

Que des veaux ce jour-là, les signes pour faire monter les prix sont si discrets que nous n’arrivons pas du tout à suivre le processus. Ce qui est sûr, c’est que nous sommes les seuls touristes européens; notre hanneton a été bien repéré sur le parking, tous les cow boy sont en jeans, chapeau, la plupart en bottes, nous remarquons même un colt à la ceinture. Nous allons manger au restaurant , quelle gentillesse, quel enthousiasme dans cette ville éclatée, les trains traversant les zones un peu terrain vague de ce marché. Chacun arrive avec sa pick up tirant une remorque à bestiaux.

Nous nous baladons dans un grand canyon, Palo Duro mais en fin d’après-midi, visons vite un camping, hanneton face au vent.Nous contemplons le bal des nuages, quelques gouttes et quelques bonnes rafales la nuit, et ce sera de nouveau tout.
En route pour Santa Fe, l’herbe devient clairsemée, les tons jaunes, les roches, remplacent la verdure. Le paysage prend du relief, avec des petites buttes plates sur le dessus, la terre est rouge. Nous grimpons continuellement sans s’en rendre compte pour aller dormir en forêt juste au-dessus de la ville à plus de 2000m. d’altitude.


Santa Fe (Nouveau Mexique): quel changement, rues étroites, tous les noms sont de consonance hispanique, et les maisons carrées à toit plat en adobe: briques de terre mélangée à la paille. Ville d’artistes, de galeries de peinture, de vente de bijoux indiens, d’habits artisanaux à prix exorbitants, un centre, une place, subitement l’impression d’avoir retraversé l’Atlantique.

En Arizona, les casinos apparaissent au milieu de la campagne, ressource financière pour les Indiens. Hameaux pauvres, groupements de quelques maisons ou mobil homes en mauvais état, toujours entourés de ferrailles en tout genre, rouillant, éparpillées.
Nuit au bord du parc national de Petrified Desert, (troncs entiers fossilisés), toujours des plateaux rosés, désertiques, que la route est longue, le paysage aride, même à notre époque, alors du temps des exodes!! A un moment donné, lorsque nous voyons la route droite jusqu’à l’horizon, nous avons le bus scolaire jaune devant et le train de plus de 100 wagons de containers à côté. Il annonce toujours son passage, c’est mythique.
Seligman,, Arizona,sur la route pour Las Vegas. Le mythique Snow Cap Drive In, café fondé en 1953.


Las Vegas: la ville des superlatifs et de la consommation

  • tout brille, tout scintille, tout est kitsch à un tel point que cela en devient drôle, fascinant,
  • Downtown: la bonne humeur, la danse dans la rue, la musique partout dans une ambiance bon enfant, messieurs vous pouvez vous faire photographier avec une nymphe bien déshabillée, ou mesdames avec un monsieur muscle, certaines limousines paraissent s’être encore allongées,…Si jamais vous avez un fantasme tel que faire du vélo en bikini dans la foule ou autre, c’est l’endroit idéal, ou passer en tyrolienne au-dessus de la rue piétonne la plus animée….
  • Las Vegas : le « strip » quartier des grands hôtels-casinos: nous en visitons l’intérieur de quelques-uns. L’intérieur…pour y voir reconstitués les canaux de Venise bordés de boutiques, les terrasses de Paris… Les salles de jeux sont immenses, nombreuses, bruyantes, ennuyeuses.

  • Pour le dimanche de la fête des mères, nous testons un brunch- buffet: quel plaisir, un régal de produits frais, au goût véritable et authentique. C’est dimanche, alors au champagne, c’est ainsi le week end.
  • Il fait très chaud, notamment la nuit sur notre parking à camping-cars au pied du Hilton, et très froid dans les hôtels et les bus climatisés.

  • Mais n’oublions pas la raison de notre visite: les rodéos.Nous ne serons pas déçus, près du centre, mais suivis essentiellement par un public de Las Vegas, il s’agit de différents concours impliquant l’usage par les cavaliers de lasso pour attraper un taurillon, soit pour rester en selle sur un cheval ou un bison dont le ventre est sanglé. L’animal rue continuellement pour essayer d’enlever cette sangle. Pour gagner des points, donc de l’argent, le cavalier doit rester en selle 8 secondes en ne se tenant que d’une main et sa position est également prise en compte pour la note.

    Des cow-girls (c’est ainsi que sont appelées ces cavalières hors pair) ouvrent la cérémonie de façon très solennelle, hymne national, drapeau, pièce droite sur leur monture au galop.

    Elles participent aussi à des parcours de vitesse avec obstacles. Une des meilleures cow-girl du monde fait un show d’acrobatie sur son cheval toujours au galop absolument incroyable. Elle est par exemple couchée horizontalement, totalement à côté de sa monture en ne se tenant que par les bottes à son cheval, ou passe aussi sous son cheval sans toucher terre pour se remettre en selle. Autant les démonstrations que les concours sont très rapides, les chevaux galopant à fond de train sans aucune pause. Un clown assure le lien entre les concours, il nous remercie d’être venu et vient nous serrer la main à la fin des festivités.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s