Val Poschiavo, 25 – 30 mai

Etonnante vallée…

  • Aux Grisons, mais l’italien est de mise,
  • Reliée au reste de la Suisse que par le col de la Bernina; nous entendons siffler le train rhétique depuis notre petit camping, comme un coeur rythmant la vallée,
  • Entourées de montagnes, des maisons patriciennes d’architecture citadine, opulentes, du 19ième siècle dans la bourgade de Poschiavo: leurs propriétaires protestants firent fortune dans toute l’Europe comme négociants,
  • Une vallée très isolée qui a choisi de prendre un nouvel élan économique très avant-gardiste plutôt que de se vider de ses habitants ou de ne se vendre qu’aux touristes: région agricole et d’élevage à 90% bio, et ce depuis 2014, où la production d’herbes aromatiques, pour les tisanes entre autres, y est importante,
  • Le camping est peu occupé, bien que ce soit la plus méridionale des vallées grisonnes, donc à la limite des régions « permises » en cette période.

Une intéressante découverte, où nous prenons du bon temps à flâner dans les rues et à être magnifiquement accueillis à une terrasse de restaurant typique par le patron nous ouvrant les portes de sa cuisine pour la préparation de nos capunets (spätzlis aux épinards avec beurre fondu, fromage, ail rôti et épices).

Nous nous amusons comme des enfants à contempler du train et à pied le viaduc circulaire,  reprenons le train avec enthousiasme pour le col de la Bernina , encore bien enneigé. Les quelques skieurs vont  d’îlot blanc en îlot blanc à la fin de leur descente, avec l’air réjoui de celui qui a défié la saison  en rigolant d’être tout de même un peu décalé.  La neige de haute altitude est belle blanche alors que les traces jaunes des tempêtes de sable sont encore très visibles sur la neige des pentes inférieures.

Vraie journée touristique train-téléphérique pour admirer  les sommets du Palu, de Bella Vista et de la Bernina depuis Diavolezza, avec même la gourmandise à la terrasse, il fait chaud ce jour du 28 mai, même à 3000m. Bons lézards profitant du soleil, nous admirons les skieurs grimpant le Palu et les parapentistes.  Au retour, une petite balade parmi les marmites géantes, sculptées par l’eau sous le glacier en d’autres temps.


Un autre jour, bien grisouille, nous suivons le  ruisseau et l’aménagement permettant aux truites de sortir du lac de Poschiavo et de remonter le courant  jusqu’à leur lieu de ponte.

La balade de Sfazu au lac de Saoseo sera vraiment magnifique, les mélèzes ont quitté leur apparence d’hiver grise et nue, pour le vert printanier, les gentianes, oeillets et autres fleurs égaient le bord du chemin et seuls subsistent de tout petits névés.

Après un pic-nic au bord du lac, nous quittons le val Poschiavo par le col de la Bernina, cette fois routier,  passons à St Moritz avant d’apprécier le splendide coup d’oeil depuis la montée au col du Julier, sa longue descente  et arrivons finalement à Alpnach (départ du train pour le Mt Pilate), près de Lucerne, tout ceci avec le soleil. 

Nous nous installons vers la zone sportive et le port, place calme, où personne ne viendra nous demander quoi que ce soit , sauf le tenancier de la petite buvette, très prévenant avec ses deux clients non locaux, s’inquiétant de savoir si nous étions contents de sa saucisse et de ses frites!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s