Train jusqu’à Berlin, 6 juillet.

L’équipage du hanneton farceur se remet en route, en version minimaliste, puisque sans notre hanneton (notre camping car, pour les nouveaux). Il va nous paraître luxueux et spacieux au retour!
Comme nous restons gourmands, voici la cuisine

et n

otre nouveau logement (2kg) avec éclairage solaire, vu que notre bonne tente Salewa s’est vue recalée à cause de son surpoids

.

et nos montures avec nos affaires: Luciférine et Monsieur Vélo.

Ce que nous avons apprécié:
  • Que Nathalie se lève pour nous dire au revoir, et même nous prenne en photo, comme nous le faisions lors de leurs départs en camp, les immortalisant avec leur sac à dos. En consultant nos albums, la croissance du dit sac est assez impressionnante, alors moi j’espère juste que mes sacoches vélos suivent la progression inverse!
  • L
    a fin de la pluie avant notre départ,
  • Le trajet sur la grande route et la traversée de la ville sans circulation à 4 heures, la traversée de la Riponne et le la descente directe par le Petit-Chêne; petits plaisirs pour cyclistes nocturnes.
Ce trajet bien organisé avec toutes les réservations, dans des trains acceptant les vélos, s’est déroulé de façon assez imprévisible. Camionnette obstruant la voie, train annulé en conséquence, puis retard, autres annulations de trains, en ont fait un voyage où nous progressions en choisissant l’option ayant le plus de chance de nous rapprocher de Berlin le jour même, comme dans une partie de jeu, assez sportive, vu le poids des 2 pions!
Ce que nous avons appris: la meilleure façon de changer de quai en moins de 5 minutes dans les gares allemandes est que je pousse Monsieur Vélo, si incroyablement chargé et grand en prenant l’ascenseur (trop petit pour 2 vélos) pendant que Pierre-Olivier porte mon vélo dans les escaliers. C’est plus rapide que deux aller retours en ascenseur, testé pour vous!
L’exceptionnelle rencontre de ce voyage, et le terme sort de la bouche de cyclistes allemands: celle du chef de gare et du chef de train à Würztburg qui nous ont laissés entasser vélos, cyclistes et bagages dans le wagon vélo déjà plein et ont ainsi permis aux 10 à 20 cyclistes qui restaient en rade sur le quai de ne pas devoir prendre un hôtel ou continuer leur voyage en trains régionaux, à pas toujours plus petits vers leur destination. Nous étions les derniers, Pierre-Olivier a donc aidé avec conviction et efficacité à charger et tasser vélos et bagages. Ma Luciférine s’est retrouvée coincée dans les toilettes. Mais nous étions tous dedans. Joyeuse ambiance, où les réservations, et directives pour fixer et aligner les vélos étaient caduques! Grâce à ce tour de force, à la chance et à nos changements rapides, nous sommes arrivés à Berlin le soir même, sans passer de nuit en route, ce qui semblait pourtant être notre sort tout au long de la journée. Nous terminons notre voyage après notre 6ième changement dans un train où la contrôleuse nous a fait fixer et aligner nos 2 vélos selon les normes!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s