Accueil

Voir « nos articles au jour le jour » dans le menu

Caminante, no hay camino, se hace camino al andar.                       (Machado Antonio)

(marcheur, il n’y a pas de chemin, le chemin se fait en marchant)

Découvrir, rencontrer, partager; la devise du Hanneton farceur.

Merci à toutes et tous les ami(e)s qui nous ont accompagnés pour ce changement de vie. Nous avons beaucoup de chance de pouvoir compter sur de telles amitiés.

Les albums photos du Hanneton sur Flickr : https://www.flickr.com/photos/le-hanneton-farceur/albums

Vœux 2037 : lettre à mon petit-fils, pour ses 15 ans

Début décembre 2021, neige exceptionnelle, nous nous réjouissions de t’accueillir.Alors maintenant, 15 ans plus tard,  

Tu nous questionnes, tu nous accuses, as-tu un regard condescendant qu’on pose sur les simple-d’esprits envers notre génération ?

Pourquoi n’avons-nous pas changé notre mode de vie au bon moment ? 

Ignorance ?

Non

Les journaux parlaient réchauffement, Les discussions de salon parlaient empreinte carbone, gaspillage,

La publicité vantait le durable, l’écologique était à la mode, cher et bien vu,

La télévision montrait les ouragans, les inondations et les incendies,

Les médias plus pointus reportaient un rapport du GIEC paniquant. 

Malheureusement les manifestations de jeunes pour le climat apparaissent comme une anecdote de 2020.

Relaté dans les faits divers : un père de famille mène une grève  de la faim devant le Palais fédéral pour obtenir la présentation par les experts du GIEC de leurs résultats à nos élus.

Mais l’attention sur la pandémie est plus forte, la Covid est un tunnel à passer avant de retrouver la route.

Exclus de tout ce flot d’informations, le lien entre la pandémie et le dérèglement climatique. Si mentionné, sa compréhension était plus ardue, dans un discours si difficile à accepter et si bouleversant que cela gênait les convaincus eux-mêmes de le défendre hors de leur cercle. 

Malveillance, égoïsme ?

Profitons pendant que nous pouvons sans penser à demain ?

Non, ce n’était absolument pas la tendance dominante, ou alors juste l’illustration de l’acceptation fataliste d’un condamné, d’un démuni devant un mal qui le dépasse, dont la complexité est telle qu’il ne peut être que spectateur ou victime, en tout cas pas acteur. 

Déni ?

Oui, un peu, beaucoup ? Non passionnément, à la folie mais sans conscience ni intentions. 

L’homme quitte le déni que s’il a la connaissance d’actions possibles.

La soif de connaissances se désaltère en cette période que de prophéties alarmantes, de fin de notre espèce, de déclin de notre monde, allant même à l’encontre de notre instinct de conservation, donc de notre biologie profonde, les rendant inacceptables, inimaginables. Un discours ressemblant celui de la pseudo-science galvaudée par des extrémistes et des sectes de tout bord, à ignorer par celui qui veut rester rationnel. Le déni est juste un outil de notre instinct de conservation. 

Quelques retraités ayant le temps, se triturent les méninges, lisent « hors chemins battus » et découvrent d’autres connaissances .Celles qui expliquent que l’effondrement prédit une série de catastrophes évolutives, donc moins facilement identifiables. Et si le feuilleton avait déjà commencé ?

La pandémie, un tunnel isolé à passer ? Non, une étape de l’effondrement dans les futurs résumés d’histoire du 21ième siècle. 

Les démocraties gardent une certaine honnêteté, mais leur lenteur de décision  s’accommode bien du déni nécessaire pour ne pas sombrer dans la folie.

Les révolutions, si loin de notre culture, ont l’efficacité et le dynamisme nécessaires aux changements requis mais auront toujours un coût, en souffrance, en martyrs. Serons-nous passés par là ?

Les dictatures gardent leur irrespect de l’humanité. Peut-être en dernier recours, aurons-nous à passer par cette étape ? Utopique, et bénéfique si transitoire et basée uniquement sur des valeurs écologiques. 

Alors devrions-nous être encore plus fatalistes ?

Non, au contraire, nous sommes dedans et quoiqu’on n’en dise, pour beaucoup d’entre nous, nantis, nous y vivons des moments heureux, nous y partageons de belles aventures. 

Le Covid, un arrêt forcé ?

Notre grand tort est de se concentrer sur les possibilités perdues plutôt que de se concentrer sur les opportunités de repartir autrement, par de minuscules changements, petites contraintes, mais grande nouveautés potentielles. Juste de quoi nous convaincre que nous avons une pagaie pour quitter le fil de l’eau dominant, menant à des réelles découvertes, donc des projets et l’action individuelle, bienfaitrice par définition, nous écartant de la rancune, nous tournant vers le futur avec intérêt.

L’individu ne peut agir seul, culpabilisé ou non.

Alors quelles actions sociétales étaient en route ?

Oui, le recyclage s’épanouissait , à défaut de la non-consommation.

Oui la production de tout ce que nous utilisions, mangions, consommait moins d’eau, moins d’énergie et émettait moins de CO2 par unité que quelques décennies précédentes, mais leur  production absolue fleurissait.

Oui , la publicité pour les voitures électriques portait ses fruits.

Oui les pistes cyclables se sont dessinées au rythme de l’expansion de la pandémie  

Mais quel était l’impact global ?

Faible, alors était-ce utile ?

Oui, car qui dit acteur dit plaisir à contribuer, et surtout à sortir du déni,  à accepter la flexibilité, l’innovation, la créativité, qui seront les nouvelles valeurs, accepter d’être freiné par différents murets à passer, dont un s’appelle Covid, plutôt qu’à éviter les murets pour aller directement s’écraser dans le gros mur final. 

Alors courbe ou virage serré en extrême urgence ?

Plus le temps passe, plus de monde est prêt à quitter la ligne droite. Les restaurants refusant le pass sanitaire l’ont réclamé deux mois plus tard. Alors agir vite, pour s’habituer à de petits virages, en concrétisant  des miettes de solutions nous permet d’être acteur, d’avoir des projets, de partager, ce qui est l’action la plus vitale. La solidarité et non l’individualité éclôt en période de crise, selon des études historiques épidémiologiques.  

Nos actions que nous te dédions, ainsi qu’à ta soeur nous permettent d’agir plutôt que de subir, d‘entrer dans un monde de transition, soit par une porte bien discrète encore, de voir les obstacles comme des petits murets plutôt que des coups du sort et ainsi de garder le dynamisme nécessaire à la joie de vivre, et espérons de partager un petit bout de chemin avec vous deux dans la bonne humeur.

Nous agissons et combattons le déni actuel mais l’acceptons partiellement comme bouée de sauvetage. Ouvrir les yeux, accéder à la connaissance totale actuelle, la considérer, fermerait presque tout espoir et serait totalement incompatible avec notre instinct de conservation. Notre vie autant que notre compagnie deviendraient insupportables.  Espérons que les lacunes de connaissance soient comblées positivement et que l’incroyable adaptabilité de l’humain soit encore sous-estimée.  

Et si tu as à ce jour des griefs envers nous, et si je suis là pour les écouter, c’est qu’au moins une porte vers la maison de ta grand-maman sera encore debout pour être ouverte et pour partager un bon moment autour d’une table, d’un verre, d’une discussion, d’un gâteau, bienvenue à toi et à ta sœur !  

Tour de Suisse du 4 mai au 4 juin 21

Tessin, Grison, lac des Quatre Cantons, Oberland bernois et rencontre avec le flûtiste de pan, Michel Tirabosco. (voir nos articles au jour le jour dans le menu)

p1090531

Ballade le long du sentier de la Mérine, Alpe des Chaux, jeudi 9 juillet

Décembre 2019
 
Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 20191222_1725476138937955526214793.jpg
 
English text below
 
Cher(e)s ami(e)s
La neige tombée ce jour, 
Habillant notre montagne d’une robe de fée,
Les sapins décorés apparaissant aux fenêtres voisines, 
Les jours si courts, 
Le Solstice d’hiver fêté par les Romains comme le symbole du soleil invaincu,
L’épicéa, symbole de l’enfantement chez les Celtes,
Le recensement, la migration, l’accueil du voyageur, 
La morale de tout un peuple basée sur l’humilité et l’affirmation qu’une richesse, même celle d’un roi, peut ne pas être matérielle,
 
 
En brassant le brouillard et la neige et en partageant l’esprit de Noël, nous baignons dans les symboles de renouveau, de simplicité, de partage et de rêves,
La période de Noël, un rappel de l’urgence actuelle,
Innover, pour atteindre des objectifs appartenant à un autre registre, aux moyens d’instruments à développer, jouant à une cadence accélérée 
et croire que nous réalisons ce rêve et quittons l’utopie, tel est notre pari fou pour 2020.
 
Je nous souhaite du plaisir à faire nos courses par le plus court des circuits,
une grande richesse de nouveaux amis grâce aux trajets partagés,
une grande légèreté face à nos armoires vides de ce que nous n’aurons pas acheté, ni fait importer,
une grande mobilité et une grande liberté en récompense d’affranchissements face à de faux besoins,
un peu de folie nouvelle en observant les jeunes manifestant dans la rue. 
 
 
P.S : notre studio, 4 personnes, tout près des pistes de Barboleuse-Villars et de Frience, paradis familial pour la luge et les skieurs débutants, n’est que très peu occupé cet hiver. Osez vous annoncer, sans gêne, vous contribuerez aux frais! et se sera surtout un plaisir de passer une soirée ensemble . Transmettez cette info à votre famille, vos amis.
 
Tous nos voeux pour 2020
Danièle et Pierre-Olivier, 
 
Dear friends
The magic landscape, full of snow, in magic foggy light at home, in our mountains
The Christmas tree already celebrated by Celtic population as a symbol of birth
The winter solstice celebrated already by Romans
All Christmas messages speaking of humility, immaterial wealth, birth and innovation appear to us as hot topics specially this year, in the context of the climatic urgency 
Innovation, sharing, new goals, new values  and believe that these are on-going dreams and not utopia, this is our challenge for 2020!
 
We wish to all of us 
Pleasure to innovate new shoppings ways, nearer from the producers
New friends thanks to shared mobility 
Freedom, lightness in front of our empty cupboards, alleviated of imported things, avoiding wrong needs
Crazy hope looking the thousands of youngs in the streets in our country asking short term actions 
 
 It would be a pleasure to welcome you in our mountains, remember, we have a flat often available!
Merry Christmas and best wishes for 2020.
 
Danièle et Pierre-Olivier 
English text below

 

29 août 2019, retour en Suisse après 24529 km et 149 jours d’un voyage magnifique aux USA et Canada. Aller et retour avec le camping car sur un cargo ro-ro, 12 jours de croisière aller à Halifax, 10 pour le retour à Hambourg.

Avril 2019, Canada, USA, départ d’Anvers en cargo avec le Hanneton.

Novembre 2018, fin de notre merveilleux voyage dans les pays baltes, St-Petersbourg et Moscou en vélo, train et bateau.

Retour à Genève aéroport et remontage des vélos et des bagages.

Juillet 2018, la Baltique côté est à vélo.

L’équipage du hanneton farceur se remet en route, en version minimaliste, puisque sans notre hanneton (notre camping car, pour les nouveaux). Il va nous paraître luxueux et spacieux au retour!

 

Octobre 2017, El Camino Francès, le chemin de Compostelle depuis Puente la Reina en vélo.
 

Ambiance très chaleureuse.

Février- juillet 2017Laponie, Taïga, pins sylvestres, sapins et bouleaux , des lacs et la Toundra; beaucoup de neige, du vent glacial et des aurores boréales; une grande sérénité dans ces espaces magnifiques.

Découverte du nord de la Scandinavie (Nord de la Finlande, Kiruna et Abisko en Suède, les Lofoten, le Cap Nord en Norvège et l’Islande).Arrivée à Turku en Finlande, en ferry depuis Stockholm.

Parc régional d’Hossa

Inari, Nord Est de la Laponie finlandaise

Cabane du Mont Otsamo, Finlande

Home sweet Home par -27C

Islande

Septembre-décembre 2016, l’Andalousie. Entre visites de Cadix et de Séville et parcours dans les villages blancs, le dépaysement est total. Les marches dans les parcs nationaux et réserves permettent de découvrir des paysages extraordinaires.

image

image

image

image

image

image

image

Nos véhicules

2015-05-19-17.37.53.jpg.jpg

3 réflexions sur « Accueil »

Répondre à POGaudard Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Découvrir, rencontrer, partager : Caminante, no hay camino, se hace camino al andar (marcheur, il n'y a pas de chamin, le chemin se fait en marchant).